Vous souffrez de rétention urinaire ?

Vous souffrez de rétention urinaire ?

La rétention urinaire se caractérise par l'incapacité à vider entièrement ou partiellement sa vessie.

Elle peut être causée par une obstruction sur les voies urinaires, un manque de tonus du muscle vésical ou une pathologie neurologique, par exemple la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, une lésion de la moelle épinière ou spina bifida, qui impacte la transmission des signaux entre le cerveau et la vessie, entraînant un dysfonctionnement du système urinaire.

De nombreuses personnes rencontrent des problèmes de rétention urinaire. Nombre d’entre elles pensent qu’il est gênant de parler de ces troubles, considérés par beaucoup comme un signe inévitable de vieillissement.

Symptômes

Symptômes de la rétention urinaire

Symptômes de la rétention urinaire

Vous n’arrivez pas à vider entièrement votre vessie ?
Si l’urine reste trop longtemps dans votre vessie, cela peut causer une insuffisance rénale.
Lire plus
Fermer

Symptômes de la rétention urinaire

Si vous souffrez de rétention urinaire, c'est-à-dire une incapacité à vider votre vessie, voici quelques-uns des symptômes que vous pourriez rencontrer :

• Incapacité à uriner

• Gêne

• Besoin urgent d’uriner, mais jet très faible

• Fuites causées par une incontinence par regorgement (vessie trop pleine)

• Gonflement de la partie inférieure de l’abdomen

Quelles sont les causes de la rétention urinaire ?

La rétention urinaire peut être causée par une obstruction des voies urinaires, une faiblesse musculaire de la vessie ou des lésions du système nerveux provoquées, par exemple, par une sclérose en plaques, une lésion de la moelle épinière ou un spina bifida (qui sont toutes des pathologies neurogènes).

Les personnes présentant des lésions nerveuses, quant à elles, ont parfois le sentiment que les muscles de leur vessie ne reçoivent pas le message qui leur donne l’ordre d’évacuer l’urine ou que leurs muscles sont trop faibles pour vider complètement la vessie.

Si l’urine s’accumule dans la vessie, cela peut provoquer des infections urinaires et des reflux. L’urine remonte alors vers les reins et les endommage.

La rétention urinaire peut également conduire à une incontinence par regorgement.

Si vous rencontrez l’un des symptômes de rétention urinaire, consultez votre médecin.

Fermer
Quand consulter mon médecin ?

Quand consulter mon médecin ?

Si vous rencontrez un ou plusieurs des symptômes suivants, vous devriez prendre rendez-vous chez votre médecin : Lire plus
Fermer

Quand consulter mon médecin ?

Si vous rencontrez au moins un des symptômes suivants, il est temps de consulter un médecin :

• J’ai l’impression que je n’arrive pas à vider complètement ma vessie

• Je dois me lever la nuit pour aller aux toilettes

• J’ai des fuites pendant la nuit

• Mon jet d’urine est très faible

• J'ai régulièrement des infections urinaires

• Je dois aller aux toilettes plus souvent qu’avant

• J’ai un besoin urgent d’uriner, même pour une petite quantité d’urine

• J’ai un besoin urgent d’uriner, même pour une petite quantité d’urine, et parfois je n’arrive pas à temps aux toilettes

• J’ai des fuites lorsque je fais du sport, quand je ris ou j’éternue

Ces symptômes peuvent être la conséquence de plusieurs pathologies médicales et doivent être pris en charge.

Qu’il s’agisse d’une incapacité à vidanger votre vessie ou, au contraire, à vous retenir d’uriner (fuites), les troubles urinaires peuvent avoir de lourdes conséquences sur votre état de santé et votre qualité de vie.

Pourtant, les personnes souffrant de ce type de problèmes hésitent souvent à consulter, gênées de devoir aborder le sujet ou convaincues qu’il s’agit d’une simple conséquence du vieillissement. Mais vous n’avez pas à « faire avec » les troubles urinaires !

« Plus de 20 % des personnes de plus de 40 ans sont concernées par un problème urinaire.* »

The prevalence of lower urinary tract symptoms in men and women in four centres. The UrEpik study P. Boyle1, C. Robertson1, C. Mazzetta1, M. Keech2, F.D.R. Hobbs3, R. Fourcade4, L. Kiemeney5, C. Lee6 and the UrEpik Study Group1

Fermer

Causes

Pourquoi suis-je touché par les troubles urinaires ?

Pourquoi suis-je touché par les troubles urinaires ?

La survenue de troubles urinaires peut s’expliquer de nombreuses manières. Ils peuvent être liés au vieillissement de l’organisme. Cet article vous en présente les causes les plus fréquentes. Lire plus
Fermer

Pourquoi suis-je touché par les troubles urinaires ?

Découvrez les causes les plus fréquentes :

• Une insuffisance sphinctérienne : faiblesse des muscles du périnée suite à un accouchement ou une opération chirurgicale

• ​Un adénome de la prostate

• ​​​Les séquelles d’une chirurgie de la prostate ou de la vessie

• ​​​​​​Atteintes neurologiques

Les changements liés au vieillissement

Le vieillissement des muscles de la vessie peut dégrader la capacité de la vessie à stocker l’urine. Il peut aussi entraîner un affaiblissement des muscles du plancher pelvien et, par conséquent, le risque de fuites d’urine (ou incontinence urinaire).

La ménopause

Les femmes ménopausées ont une réduction de la sécrétion d’œstrogène, une hormone qui contribue au bon développement des tissus dont la paroi de la vessie et de l’urètre. Cela peut contribuer à la diminution du tonus des muscles du périnée.

La grossesse

Les changements hormonaux et la prise de poids liés à la grossesse (pression de l’utérus sur la vessie) peuvent aussi avoir un impact sur les muscles du périnée et être à l’origine d’une incontinence par insuffisance sphinctérienne.

L’accouchement

L’accouchement par voie basse peut également être à l'origine d’une incontinence à cause du traumatisme des muscles du périnée.

Après une opération chirurgicale

Toute chirurgie de la région pelvienne (gynécologique, urinaire ou colorectale) est susceptible d’être à l’origine d’une incontinence suite à une atteinte des muscles du périnée. Adénome de la prostate L’adénome de la prostate (ou hypertrophie bénigne de la prostate) est fréquent chez les hommes de plus de 40 ans. L’augmentation de volume de la prostate peut comprimer le canal de l’urètre qui la traverse et être à l’origine de signes urinaires obstructifs (besoin de pousser pour uriner) et d’une vidange incomplète de la vessie (rétention urinaire) voire être source d’incontinence par trop-plein.

Cancer

La présence d’une tumeur proche du système urinaire peut aussi être un obstacle à l’écoulement normal de l’urine et ainsi conduire à une vidange incomplète de la vessie (rétention urinaire).

Calculs urinaires

Les calculs urinaires sont des cristaux qui se forment à l’intérieur de la vessie qui peuvent être à l’origine d’une irritation de la paroi de la vessie et de contractions du muscle vésical, sources d'envies urgentes d’uriner (urgenturies) accompagnées parfois de fuites urinaires.

Atteintes neurologiques

Les symptômes urinaires dépendent, dans le cas d’une maladie neurologique, de la localisation des lésions et de leur étendue.

Parmi les maladies neurologiques, on trouve :

Les lésions de la moelle épinière

La sclérose en plaques

Le spina bifida

• Le diabète de type 2 (il peut avoir des conséquences neurologiques)

• L’accident vasculaire cérébral (AVC)

• La maladie de Parkinson

• Les tumeurs cérébrales

Fermer
Quand le système nerveux perd le contrôle

Quand le système nerveux perd le contrôle

Les lésions qui touchent le système nerveux peuvent avoir des conséquences importantes sur le fonctionnement de la vessie. Lire plus
Fermer

Quand le système nerveux perd le contrôle

On parle de « vessie neurologique » quand les problèmes de fonctionnement de la vessie sont dus à une lésion du système nerveux qui contrôle la vessie et le sphincter urinaire. Les causes d’une vessie neurologique peuvent être :

Les lésions de la moelle épinière​​

La sclérose en plaques

Le spina bifida

• Le diabète de type 2

• L’accident vasculaire cérébral (AVC)

• La maladie de Parkinson

• Les tumeurs cérébrales Les lésions nerveuses ne touchent généralement pas directement le fonctionnement des reins, à l’origine de la production d’urine. Elles affectent le fonctionnement du muscle vésical ainsi que le sphincter urinaire.

vessie neurologique

On recense deux principaux types de dysfonctionnements associés à une vessie neurologique : le périnée spastique et le périnée flasque :

Périnée spastique

Dans le cas d’un périnée spastique, on observe fréquemment des contractions inappropriées du muscle vésical qui peuvent générer des envies urgentes d’uriner (urgenturies) ne laissant parfois pas le temps à la personne de se rendre aux toilettes et pouvant donc causer des fuites d'urine. On observe également un mauvais relâchement du sphincter urinaire lors de la vidange de la vessie (miction) à l’origine d’une vidange incomplète, on parle de rétention. Cette rétention s’accompagne d’un risque de complications urinaires : infections urinaires, calculs urinaires, insuffisance rénale.

Périnée flasque

Dans le cas d’un périnée flasque, en raison d’une incapacité de la vessie à se contracter, celle-ci n’est pas capable d’évacuer l’urine qu’elle contient, il y a rétention. S’il n’y a pas de vidange régulière de la vessie à l’aide du sondage, celle-ci présente un risque de distension, d’infections urinaires et d’insuffisance rénale car la personne concernée ne ressent pas toujours que sa vessie est pleine. Les personnes concernées peuvent alors aussi présenter des fuites urinaires par trop-plein.

En cas de vessie neurologique, il existe une prise en charge adaptée. Le sondage intermittent se révèle être la technique de choix pour les personnes qui n’arrivent pas à vider complètement leur vessie : on parle de rétention urinaire chronique. De même que l’usage des étuis péniens pourra être conseillé pour les hommes souffrant d’incontinence urinaire.

Fermer
Rôle de la moelle épinière

Rôle de la moelle épinière

La moelle épinière est importante car elle contrôle les différentes parties de notre corps et joue un rôle essentiel sur le fonctionnement de la vessie. Lire plus
Fermer

Rôle de la moelle épinière

La moelle épinière fait le lien entre le cerveau et le reste du corps. Elle fait partie du système nerveux central. Avec le cerveau, elle contrôle les différentes fonctions de notre organisme et notamment nos mouvements.

La moelle épinière est protégée par la colonne vertébrale et est entourée d’un liquide appelé liquide céphalo-rachidien (ou liquide cérébrospinal) qui joue un rôle nutritif et protecteur. De la moelle épinière partent les nerfs qui contrôlent les différentes parties de notre corps et nos organes, dont la vessie.

Les terminaisons nerveuses sensibles à l’étirement contenues dans notre vessie sont reliées aux nerfs qui envoient des signaux au cerveau lui indiquant que notre vessie est pleine. Si les conditions sont réunies, le cerveau renvoie alors un signal à la vessie autorisant l’évacuation des urines. Il y a alors contraction de la vessie et relâchement simultané du sphincter urinaire pour permettre l’évacuation des urines.

Lorsque la moelle épinière est endommagée, cette communication est altérée et des troubles urinaires surviennent.

rôle de la moelle épinière

Fermer
Lésions de la moelle épinière

Lésions de la moelle épinière

En présence d’une lésion médullaire, les nerfs qui contrôlent la vessie et le sphincter urinaire sont souvent endommagés. Cet article vous donne plus d’informations sur les lésions médullaires. Lire plus
Fermer

Lésions de la moelle épinière

Qu’est-ce qu’une lésion médullaire ?

« Lésion médullaire » est le terme générique utilisé pour décrire toute lésion de la moelle épinière. Le plus souvent, ces lésions sont causées par une fracture des vertèbres du cou ou du dos au travers desquelles passe la moelle épinière. Elles se traduisent souvent par une paralysie ou une perte de sensibilité dans les membres et organes situés en-dessous de la lésion.

Quelles sont les causes des lésions médullaires ?

Une lésion médullaire est généralement la conséquence d’un traumatisme, le plus souvent d’un accident de la route, d’une chute, de violences ou d’une blessure liée à la pratique d’un sport. Cependant, elle peut également être causée par une infection de la moelle épinière ainsi que certaines pathologies tumorales ou médicales.

Pourquoi une lésion médullaire entraîne-t-elle des troubles urinaires ?

La vessie, qui a la double fonction de stocker l’urine (continence) et d’assurer l’évacuation des urines (miction), est contrôlée par le système nerveux. Le rôle de la moelle épinière est d’acheminer les informations entre le cerveau et le reste du corps grâce aux nerfs qui la relient à tout l’organisme. En présence d’une lésion de la moelle épinière, il arrive que le système nerveux qui contrôle la vessie soit endommagé, ce qui altère le fonctionnement de la vessie et du sphincter.

En savoir plus sur les lésions médullaires

lésion de la moelle épinière

Fermer
Sclérose en plaques

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire qui peut toucher plusieurs fonctions de l’organisme. Cet article vous donne plus d’informations sur la manière dont la sclérose en plaques peut entraîner des troubles urinaires. Lire plus
Fermer

Sclérose en plaques

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire qui affecte les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière. Le terme « sclérose » signifie cicatrice tandis que « plaques » désigne le fait que ces cicatrices surviennent à différents endroits du cerveau et de la moelle épinière. Chez les personnes atteintes de sclérose en plaques, les messages envoyés par le cerveau, via les nerfs, sont interrompus ce qui peut altérer plusieurs fonctions corporelles.

Quels sont les symptômes de la sclérose en plaques ?

• Des troubles de la vue

• De la fatigue

• Des troubles de la réflexion/de la mémoire

• Des troubles urinaires et colorectaux

• Des handicaps physiques avec, notamment, des troubles de l’équilibre et une perte de force musculaire

Les symptômes et leur sévérité dépendent de l’étendue et de l’emplacement des lésions nerveuses. Ils évoluent le plus souvent par poussées caractérisées par l’apparition de troubles qui durent quelques jours, pouvant régresser complètement ou non en quelques semaines, on parle de forme rémittente. Il existe également une forme progressive, dépourvue de poussées, qui évolue peu à peu.

Pourquoi la sclérose en plaques entraîne-t-elle des troubles urinaires ?

La vessie, qui a la double fonction de stocker l’urine (continence) et d’assurer l’évacuation des urines (miction), est contrôlée par le système nerveux. Dans la mesure où la sclérose en plaques altère le système nerveux, il n’est pas rare que le fonctionnement de la vessie soit perturbé. Certaines personnes ressentent un besoin plus fréquent (pollakiurie) ou plus urgent d’uriner (urgenturie) mais d’autres rencontrent plutôt des difficultés à vider leur vessie (dysurie). Enfin, certains patients atteints de sclérose en plaques peuvent occasionnellement souffrir d’incontinence urinaire.

En savoir plus sur la sclérose en plaques

Fermer
Spina bifida

Spina bifida

Retrouvez ici plus d’informations sur les raisons pour lesquelles les personnes atteintes de spina bifida rencontrent des difficultés pour contrôler leur vessie. Lire plus
Fermer

Spina bifida

Qu’est-ce que le spina bifida ?

Le terme spina bifida qui signifie « épine fendue » désigne un défaut de fermeture de l’ébauche de la colonne vertébrale et du système nerveux primitif (tube neural) durant la quatrième semaine de la vie embryonnaire. Cela est favorisé par un manque d’acide folique au début de la grossesse. C’est une malformation congénitale (c’est-à-dire présente dès la naissance). Le plus souvent, cette malformation concerne l’extrémité caudale de l’embryon, affectant ainsi le bas du dos (la région sacrée), voire lombaire de l’enfant. Les causes du spina bifida sont aujourd’hui encore mal connues.

On distingue deux formes prédominantes : le spina bifida occulta, forme la plus répandue et la moins sévère, et le spina bifida « ouvert », forme la plus grave, où une partie des tissus de la moelle épinière s’ouvre sur la peau et se retrouve exposée à l’air libre.

Pourquoi le spina bifida entraîne-t-il des troubles urinaires ?

Comme votre vessie et vos intestins sont contrôlés par les nerfs situés dans la partie inférieure de la moelle épinière, lorsque celle-ci est endommagée, votre vessie et vos intestins ne fonctionnent plus normalement. Le degré du dysfonctionnement dépend de la gravité des lésions nerveuses.

Quels types de troubles urinaires sont associés au spina bifida ? Dans la plupart des cas, les personnes atteintes d’un spina bifida présentent une vessie neurologique caractérisée par un périnée flasque. Ces personnes ont alors des difficultés à assurer la contraction de leur vessie et une bonne évacuation des urines.

En savoir plus sur le spina bifida

Fermer

L'autosondage intermittent

Pas de toilettes à proximité

Pas de toilettes à proximité

Apprenez à gérer les sondages en dehors du confort de votre domicile. Lire plus
Fermer

Pas de toilettes à proximité

pas de toilettes à proximité

Les règles d’hygiène sont les mêmes partout ! Chez vous ou dehors, si vous devez toucher quoi que ce soit après vous être lavé les mains (une poignée de porte ou la roue d’un fauteuil roulant, par exemple), utilisez du gel désinfectant pour les mains ou lavez-vous de nouveau les mains.

D’ailleurs pensez à emmener des lingettes ou du gel hydroalcoolique au cas où vous ne pourriez pas vous laver les mains à l’eau et au savon sur place. Des solutions existent pour vous permettre de vous sonder discrètement comme les sondes compactes ou les sets de sondage.

Les utilisateurs de sondes gardent souvent leur matériel dans un sac et prévoient des sondes supplémentaires qu’ils laissent dans leur voiture ou sur leur lieu de travail.

S’il n’y a pas de toilettes accessibles, vous pouvez utiliser un set de sondage composé d’une sonde urinaire et d’une poche à urine pré-connectée ou vous pouvez vous-même fixer une poche à urine sur votre sonde, en vous mettant à l’abri du regard dans un endroit isolé ou en vous couvrant le bas du corps d’un tissu ou d’un foulard.

Fermer

Sondes urinaires

Hommes : utiliser une sonde urinaire

Hommes : utiliser une sonde urinaire

Les étapes pour un sondage urinaire chez l'homme en toute sécurité. Lire plus
Fermer

Hommes : utiliser une sonde urinaire

Avant de commencer le sondage, réunissez tout le matériel dont vous avez besoin tel que présenté par votre médecin ou infirmière.

1. Lavez-vous minutieusement les mains et essuyez-les.

2. Si vous le souhaitez, effectuez une toilette du gland et de la verge à l’eau et au savon ou à l’aide d’une lingette nettoyante sans alcool* en commençant au niveau du méat urinaire et en allant vers l’extérieur. Inutile de dépasser deux toilettes intimes par jour*.

3. Ouvrez la sonde urinaire et préparez-la conformément à la notice d’utilisation fournie par le fabricant.

4. Insérez délicatement la sonde dans l’urètre jusqu’à voir un écoulement d’urine.

5. Lorsque l’écoulement est terminé, retirez délicatement la sonde urinaire en la faisant légèrement pivoter. Si vous utilisez une sonde urinaire coudée à son extrémité, ne la faites pas pivoter.

6. Faites une courte pause à chaque fois que de l’urine s’écoule. Bougez légèrement et tenez-vous bien droit pour vous assurer que votre vessie est vide.

7. Jetez la sonde urinaire après utilisation (avec les déchets ménagers) et lavez-vous les mains une nouvelle fois. icône notice d’utilisation

Visionnez nos guides d'utilisation vidéo pour les hommes

Lire attentivement la notice fournie avec les produits avant utilisation.

* Recommandations cathétérisme intermittent, SIFUD-PP, Congrès Montpellier juin 2017.

Fermer
Femmes : utiliser une sonde urinaire

Femmes : utiliser une sonde urinaire

Les étapes pour un sondage urinaire chez la femme en toute sécurité. Lire plus
Fermer

Femmes : utiliser une sonde urinaire

Avant de commencer le sondage, réunissez tout le matériel dont vous avez besoin tel que présenté par votre médecin ou infirmière.

1. Lavez-vous minutieusement les mains et essuyez-les.

2. Si vous le souhaitez, effectuez une toilette intime à l’eau et au savon ou à l’aide d'une lingette nettoyante sans alcool*. Inutile de dépasser deux toilettes intimes par jour*.

3. Ouvrez la sonde urinaire et préparez-la conformément à la notice d’utilisation fournie par le fabricant.

4. Insérez délicatement la sonde dans l’urètre jusqu’à voir un écoulement d’urine.

5. Lorsque l’écoulement s’arrête, retirez délicatement la sonde urinaire en la faisant légèrement pivoter.

6. Faites une courte pause à chaque fois que de l’urine s’écoule. Bougez légèrement et tenez-vous bien droite pour vous assurer que votre vessie est vide.

7. Jetez la sonde urinaire après utilisation (avec les déchets ménagers) et lavez-vous les mains une nouvelle fois.

Visionnez nos guides d'utilisation vidéo pour les femmes

Lire attentivement la notice fournie avec les produits avant utilisation.

* Recommandations cathétérisme intermittent, SIFUD-PP, Congrès Montpellier juin 2017.

 

Fermer

Vie professionnelle

L'autosondage au travail

L'autosondage au travail

Quelques idées pratiques pour vous aider à passer une bonne journée de travail tout en réalisant vos sondage urinaires quotidiens. Lire plus
Fermer

L'autosondage au travail

Intégrez facilement vos sondages à votre journée

Vous pouvez organiser vos sondages autour de vos activités quotidiennes comme une réunion à laquelle vous assistez régulièrement, vos pauses café ou déjeuner.

Prévoyez suffisamment de matériel

Assurez-vous d’avoir suffisamment de sondes urinaires pour toute votre journée de travail. Nous vous conseillons également de prévoir quelques sondes supplémentaires que vous pouvez laisser dans votre voiture si vous en utilisez une, ou sur votre lieu de travail.

Par ailleurs, les sondes urinaires au format compact se glissent facilement dans la poche ce qui vous permet d’aller aux toilettes sans avoir à emporter un sac avec vous. Néanmoins, il est judicieux de prévoir une trousse de dépannage en cas de fuites.

autosondage urinaire au travail

Limitez votre consommation de café et autres boissons caféinées

Bon nombre de personnes ont une bouteille d’eau et une tasse de café à portée de main tout au long de la journée. Dans votre cas, il est préférable de limiter les boissons caféinées car elles vous feront aller aux toilettes plus souvent. Cela dit, n’oubliez pas que vous devez boire 1,5 l d'eau par jour. Au travail, surveillez bien la quantité que vous buvez afin d’organiser vos sondages.

Fermer

Références : Accédez aux détails de nos références en cliquant ici !

Fermer

Votre demande nous a bien été transmise. Vos échantillons vous seront envoyés dans les meilleurs délais.

Afficher la version pour PC