Se sonder quand on travaille sur la route : témoignage

Travailler sur la route et s’organiser

Thomas Holtzmann

Thomas Holtzmann est consultant au Danemark. Il effectue plus de 40 000 kilomètres chaque année.

Les métiers qui impliquent de travailler sur la route, comme commercial par exemple, et de parfois s’arrêter chez des dizaines de clients chaque jour, peuvent apparaître comme les pires métiers du monde pour les personnes confrontées aux troubles urinaires. Pourtant, Thomas a trouvé le moyen de reprendre le volant.

Aujourd’hui, Thomas a même fait quelque chose qu’il n’aurait jamais osé faire auparavant : se sonder chez un client. « Heureusement, les toilettes étaient irréprochables », explique-t-il.

L’entretien se déroule dans un café dans le centre de Copenhague. Après ce rendez-vous, Thomas a encore trois heures et demie de route avant de retrouver sa femme et ses enfants chez lui, de l’autre côté du Danemark.

La journée fut longue pour Thomas qui travaille comme consultant dans le secteur du recrutement et du leadership. D’autant plus longue qu’il utilise une sonde urinaire et un tampon obturateur anal. Ces deux accessoires font partie de son quotidien depuis sa chute dans un escalier en métal en 2001.

autosondage urinaire et travail sur la route

« J’évite les toilettes publiques quand je ne suis pas sûr de leur état de propreté, car je suis très sensible aux infections urinaires. Et croyez-moi, j’en ai vu défiler des toilettes de station-service ! Hier, j’ai fait un tour à moto de plusieurs heures, du coup j’ai bu plus d’eau que d’habitude ».

Habituellement, Thomas essaie de limiter les boissons avant de prendre la route pour se rendre à l’autre bout du pays. Il se sonde toujours chez lui le matin et surveille de près la quantité qu’il boit, et à quel moment, tout au long de la journée. De cette manière, il peut anticiper et planifier quand il doit se sonder.

Pour les troubles colorectaux, c’est une autre histoire ! Thomas a besoin de quatre pauses fixes de 15 minutes, chaque jour, pour les gérer correctement.

Malgré tout, Thomas est sur la route tous les jours. Voici comment il explique cette réussite :

« Maintenant que je connais bien mon corps, je parviens à éviter les fuites et les infections. Je sais ce qui fonctionne, ou pas, pour moi ! Et puis le secret est simple, avec de bons produits, l’aide des professionnels et un peu d’organisation, presque tout devient possible. »

Fermer

Votre demande nous a bien été transmise. Vos échantillons vous seront envoyés dans les meilleurs délais.

Afficher la version pour PC